Votre mairie

L'essentiel des informations de votre mairie à destination des habitants et des citoyens.

Vivre à Pontarlier

Les informations pour découvrir et vivre à Pontarlier : petite enfance, seniors, écoles, associations, commerces, quartiers...

Stratégies de territoire

La Ville de Pontarlier a engagé plusieurs projets et axes forts qui structurent le territoire.

Activités et loisirs

Toutes les activités culturelles, sportives et de loisirs sur Pontarlier.

Démarches en ligne

Présentation du réseau

Le réseau d'eau potable

L'alimentation en eau potable de la ville de Pontarlier est assurée par deux ressources distinctes : une ressource souterraine, la nappe alluviale de la plaine d’Arlier, exploitée au niveau de deux puits dits " puits n°2 et n°3 de Champagne ", et une ressource superficielle, le lac Saint-Point, exploitée en commun avec le Syndicat Intercommunal des Eaux de Joux.

Les sources Martin, situées en position intermédiaire entre la ressource du lac Saint-Point et la ville de Pontarlier, constituent une troisième ressource qui demeure cependant inexploitée depuis une dizaine d’années.

Les eaux mobilisées, qu’elles proviennent du Lac de Saint-Point ou de la plaine de l’Arlier, subissent une désinfection au chlore gazeux.

La distribution  de  la  partie  ville  est  assurée  par  un  réseau maillé  complexe,  organisé  autour  de  deux  réservoirs  principaux, dits de  " Côte Jeunet " (3 200 m³ )  et de " Château Chastaing "(3 200 m³) et d’un réservoir secondaire dit de " Plan Battelin " (700 m³).

Le principal écart de la commune, le hameau des Etraches qui compte une petite centaine d’habitants est également desservi par ce réseau de distribution à partir du réservoir intermédiaire de " Plan Battelin ".

L’ensemble du système d’alimentation (production, désinfection, transport, stockage et distribution) est exploité en régie communale.
 

La station de pompage et les puits

Le lac Saint-Point
 

Le lac Saint-Point est une retenue naturelle traversée par le Doubs située à une dizaine de kilomètres en amont de la commune de Pontarlier.

Son exploitation pour la production d’eau potable date de 1970. A cette époque la commune de Pontarlier et le Syndicat Intercommunal des Eaux de Joux s’équipent, conjointement, d’une station de pompage implantée sur la commune de Montperreux au lieu dit  "Chaon".

La prise d’eau a lieu dans l’une des six fosses recensées du lac, la fosse dite " de Port Titi ", à environ 32 mètres de profondeur.     

Deux lignes de pompage, traitement et refoulement, dirigent l’eau potable produite vers les réservoirs dit de " Montezan " pour la partie Syndicat de Joux et vers celui dit de " Montperreux " pour la partie commune de Pontarlier.
C’est à partir du réservoir de Montperreux (2 500 m³) que l’adduction vers le réservoir de Côte Jeunet à Pontarlier est assurée gravitairement, via une canalisation de 400 puis 350 mm de diamètre.
 


La nappe alluviale de la plaine dite "de Champagne"

Puits n°2 de la plaine Champagne

Cette nappe est exploitée par la ville de Pontarlier via deux puits de pompage distincts appelés  " puits n°2  et  puits n°3 de Champagne ". Ces deux ouvrages datent respectivement de 1950 et 1963.

Le puits n°1, crée en 1931 est situé entre la zone industrielle et la zone d’activités des Grands Planchants. Il a été abandonné du fait de sa proximité avec les zones urbanisées. La nappe alluviale occupe le cône fluvio-glaciaire de la plaine de Pontarlier dite "plaine d’Arlier ". Du fait de sa constitution géologique, elle abrite le principal complexe aquifère du Haut-Doubs.

Les puits n°2 et n°3 exploitent les aquifères profonds de l’ordre de 17 à 18 m.    

L’abandon de cette ressource est lié à la qualité trop aléatoire de ces sources d’origine karstique dont le bassin versant est principalement constitué du plateau des Fourgs. Les eaux brutes y présentent régulièrement des problèmes notamment de turbidité et de bactériologie.
La turbidité, faible par période, peut y présenter des pics ponctuels importants conjoints à des problèmes de bactériologie. Les débits de prélèvement possibles, importants à certaines période, peuvent être faibles, voire nuls en période d’étiage. Les teneurs en nitrates sont faibles.

Cette ressource constituerait donc un appoint substantiel une partie de l’année si sa qualité était parfaitement maîtrisée, mais la mise en place de périmètre de protection sur le bassin versant s’avère cependant très délicate.

Cette ressource nécessiterait de plus la mise en place d’un traitement élaboré et coûteux.
 

Le réseau principal et les réservoirs

Les réseaux

1. Adduction des puits de Champagne

Les deux puits de pompage de Champagne assurent l’alimentation directe du réservoir de Château Chastaing.

Chacun des puits est équipé d’une pompe de 360 m³/h et le pompage est réalisé de façon simultanée sur les deux puits, sauf avarie sur l’un des groupes de pompage.

L’eau pompée est ensuite amenée vers le réservoir de Château Chastaing par une conduite longue de 2 800 m.
 

2. Adduction du lac Saint-Point

Réservoir Montperreux-haut    

L’adduction depuis le lac St-Point est assurée par une conduite d’écoulement gravitaire entre le réservoir de Montperreux (alimenté par la station de pompage du lac St-Point) et le réservoir de Côte Jeunet. Cette conduite passe par le site abandonné des sources Martin.

La ville n’assure plus, depuis l’année 2000, l’exploitation de cette conduite et de ses ouvrages associés. Celle-ci est maintenant affectée au Syndicat des Eaux de Joux et le contrôle des volumes entrant dans les réseaux de distribution de la Ville de Pontarlier est effectué par un compteur installé au niveau du quartier des Rosiers.

La présence d’une conduite d’équilibre entre les réservoirs de Côte Jeunet et Château Chastaing permet l’alimentation de chacun de ces ouvrages via l’autre.
 

 
Les réservoirs
 

1. Réservoir de Château Chastaing 

Le réservoir de Château Chastaing a été mis en service en 1962.

La capacité réelle de ce réservoir est de l’ordre de 3 200 m³.

La chambre de vannes abrite deux groupes de pompages permettant l’alimentation du réservoir secondaire de Plan Battelin. La conduite de refoulement vers Plan Battelin est une canalisation en fonte d’un linéaire de 700 ml.

Cet ouvrage fait l’objet d’un nettoyage et d’une désinfection annuels.

 

3. Réservoir de Plan Battelin  

Le réservoir de Plan Battelin a été mis en service dans les années 1970, à l’occasion du développement de la partie haute de la ville. Son alimentation est assurée par pompage depuis le réservoir de Château Chastaing.

Il s’agit d’un ouvrage d’une capacité de stockage de 700 m³.

Cet ouvrage fait l’objet d’un nettoyage et d’une désinfection annuels.

Ce réservoir est également le point de départ de la conduite d’alimentation du réservoir du hameau des Etraches. La conduite de refoulement vers Les Etraches est une canalisation en fonte de 125 mm de diamètre.

2. Réservoir de Côte Jeunet  

Le réservoir de Côte Jeunet a été mis en service en 1934.

Sa capacité de stockage de l’ordre de 3 500 m³.

Le niveau d’eau dans ce réservoir commande la mise en service des pompes des puits de Champagne.

Cet ouvrage fait l’objet d’un nettoyage et d’une désinfection annuels.

 

4. Réservoir des Etraches 

Le réservoir des Etraches a été mis en service en 1985.

Il sert à l’alimentation de quelques hameaux dont le principal est celui des Etraches et ceux plus restreints des Granges du Cernier, des Prés Dessus et de la Ferme de Bonjours.

La conduite d’adduction depuis le réservoir de Plan Battelin, d’une longueur de 7000 m environ, fonctionne en refoulement-distribution et dessert au passage les lieudits suivants : Ferme de Canin, La Malmaison et la Grange des Pauvres.

Le réservoir possède une capacité de 150 m³ dont 120 m³ y sont bloqués et réservés à la défense incendie. Cet ouvrage fait l’objet d’un nettoyage et d’une désinfection annuels.